top of page
  • Photo du rédacteurJoana

3 conseils pour la santé des genoux

Hier, j'ai fait ma première randonnée de la saison. Il y a trois ans, vous ne m'auriez pas surprise à tenter la moindre inclinaison, ou sur un terrain accidenté, tant j'avais peur de me blesser à nouveau au genou. Et pourtant, me voici, malgré des années de luxations répétées, une série de micro-fractures le long du fémur et du tibia, une rotule éclatée, un épuisement articulaire sévère, je peux encore porter mes enfants, courir quand il le faut, monter et descendre des escaliers, et oui... faire de la randonnée, aussi longtemps que je le veux ! Et je fais tout cela sans avoir subi cette opération compliquée du genou, sans exercice intense, sans physiothérapie ni prothèses. Comment ? Voici mes trois principaux conseils pour une meilleure santé du genou.



Le problème de votre genou n'est pas votre genou.

Votre cerveau organise tout : la posture, le mouvement, les processus internes, le système nerveux, les réponses hormonales - en arrière-plan. Lorsque vous êtes en bonne santé, votre cerveau effectue constamment des micro-ajustements de votre posture et de vos mouvements, en réponse à l'environnement et en fonction de votre anatomie. Mais parfois, lorsque nous allons trop vite, ou que nous ne sommes pas conscients, notre cerveau perd le contact avec les différentes façons dont il peut s'ajuster. La manière la plus efficace d'organiser votre corps à tout moment est celle où la force de gravité se déplace de votre tête à vos pieds, puis au sol par le biais des os (qui sont destinés à supporter notre poids). Pourtant, nous sommes tous habitués à contracter des muscles inutiles pour maintenir une posture ou un mouvement, ce qui entraîne des douleurs.


Conseil 1 : commencez par les pieds.


Comment votre cerveau organise-t-il le mouvement, de bas en haut ? Si vous posez vos pieds sur le sol d'une manière qui ne permet pas de supporter le poids correctement, vous vous blesserez au genou, car c'est le prochain endroit où le poids est réparti. Les pieds sont une partie tellement importante de notre corps, mais que nous négligeons si souvent. Considérez ceci : avez-vous une gamme complète de sensations dans toutes les zones de vos pieds ? Les deux pieds sont-ils identiques ? Pouvez-vous améliorer la sensation que vous recevez par vos orteils, la plante des pieds ? Avez-vous une cheville flexible et mobile ? Votre voûte plantaire est-elle capable de réagir aux infimes fluctuations du sol ? Bien sûr, vous avez peut-être de superbes chaussures, mais est-ce qu'elles atténuent la sensation que vous recevez de vos pieds ? Sans information, votre cerveau ne peut pas organiser un mouvement pleinement fonctionnel : il remplira les blancs de manière approximative, de sorte que l'ensemble de votre jambe inférieure sera représenté comme un bloc unique et inamovible. Essayez ceci à la maison :


  • Marchez pieds nus sur différentes textures et remarquez les différentes sensations à travers la semelle, la voûte plantaire et les orteils.

  • Tirez et tordez doucement chaque orteil le matin avant de mettre des chaussettes.

  • Explorez des mouvements lents et doux avec votre cheville en position assise et allongée : cercles, flexions et toutes les autres façons dont votre cheville peut bouger. Faites attention aux sensations différentes de chaque côté.


Conseil 2 : Cultivez une colonne vertébrale et une poitrine mobiles


Tout comme vos pieds, si vous n'utilisez pas le bas de votre dos ou votre bassin lorsque vous marchez/courrez, vous vous blesserez au genou, car il supportera tout le poids qui vient du haut (votre tête est lourde !). Si vous n'avez aucun mouvement de la poitrine lorsque vous skiez, ou lorsque vous faites du sport, vous risquez également de vous blesser aux genoux. Considérez-vous comme une entité dynamique : lorsqu'une partie bouge, toutes les autres doivent s'adapter, sinon vous tombez. C'est ainsi que nous maintenons l'équilibre à tout moment ! Une colonne vertébrale et une poitrine mobiles et flexibles sont essentielles à une bonne santé. C'est également là que s'attachent les principaux groupes musculaires, et d'où provient notre énergie centrale.


Beaucoup d'entre nous marchent comme si c'était le genou ou la cuisse qui nous propulsait, mais ce devrait être, en fait, le bassin et le bas du dos. Si vous êtes rigide et que vous utilisez les muscles de la poitrine pour être droit, vous limitez également le mouvement partout ailleurs. Essayez ceci à la maison pour cultiver une colonne vertébrale et une poitrine mobiles, et bien sûr, il existe de nombreuses leçons de NeuroMovement® qui vous aideront également dans ce domaine :


  • Allongez-vous sur le sol et croisez un genou sur l'autre ; puis laissez lentement vos genoux tomber d'un côté, puis du suivant. Sentez comment cela tire sur votre poitrine et votre cou ? assouplissez la poitrine pour laisser les genoux tomber plus bas.

  • Asseyez-vous au bord d'une chaise et posez vos pieds à plat sur le sol. Arrondissez lentement le dos et tournez comme si vous essayiez de regarder par-dessus votre épaule le dossier de la chaise. Essayez ensuite avec le dos arqué et voyez la différence. Ne faites que des mouvements lents et doux, sans étirement.


Conseil 3 : Ralentissez tout.


Si vous vous remettez d'une blessure au genou, ou si vous voulez simplement réapprendre à bouger sans douleur au genou, vous devez beaucoup ralentir les choses. Votre cerveau n'apprendra pas un nouveau schéma d'organisation si vous vous précipitez. Vous devez prendre le temps de ressentir des différences de plus en plus subtiles dans votre corps. Comme pour apprendre à jouer d'un instrument, vous ne deviendrez pas un virtuose en essayant de jouer vite, mais en apprenant d'abord chaque note séparément, jusqu'à ce qu'elles deviennent finalement une mélodie. Donc, pour un meilleur résultat au genou, ralentissez tout et soyez attentif. Vous ne perdrez pas de temps, vous apprécierez la plénitude et la richesse du temps. Essayez ceci à la maison :


  • Faites un pas en avant lentement et remarquez quel pied vient en premier (gauche, droit). Remarquez comment le poids se déplace dans les deux pieds lorsque vous marchez. Remarquez comment votre bassin bouge (ou pas) lorsque vous faites un pas en avant. Remarquez comment votre poitrine se fléchit (ou pas) lorsque vous avancez. Remarquez les contractions dans vos épaules, votre tête, votre mâchoire, vos yeux et demandez-vous si elles sont nécessaires. Ralentissez le mouvement comme si vous alliez au ralenti naturel. Imaginez tous les micro-mouvements et ajustements impliqués dans le simple fait de faire ce pas en avant. Prenez conscience de tout ce qui se passe, et vous pourrez alors commencer à explorer quelque chose de nouveau.


Faites-moi savoir comment cela fonctionne pour vous et quels sont les changements que vous ressentez après avoir appliqué ces trois conseils, ou venez explorer comment la méthode du NeuroMouvement® peut vous aider à vous débarrasser de la douleur au genou et à profiter de la liberté de mouvement.


17 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page